Flash Effect Maker Pro
 

 3ème Conférence Nationale de la Jeunesse

 Sétif les 20, 21 et 22 Juin 2011 

Problématique et objectifs de la conférence : 

L'Algérie se caractérise par la jeunesse de sa population, qui constitue une force sur laquelle doit se construire la politique de développement de notre pays. Cette jeunesse représente la richèsse de notre pays bien plus que les ressources naturelles ne le sont. En effet, c'est les matières grises et non les matières premières qui font désormais la prospéristé et la performance des pays. Tous les Etat modèrnes ont pris conscience de cela et consacrent des budgets importants à l'éducation et à la formation de leur jeunesse .

Plus de tiers (1/3) de la population fréquente les différents établissements relevant du système éducatif national dont :

- Près de 10 000 000 d'élèves dans l'enseignement fondamentale et secondaire ;

- Plus de 1 000 000 d'étudiants dans l'enseignement supérieur ;

- Plus de 600 000 stagiaires et apprentis dans les établissements de formation et d'enseignement professionnels .

La préparation des futurs citoyens dotés de compétences et de performences professionnelles doit se faire durant la période de jeunesse où tous les enseignements sont donnés sur le plan intellectuel, scientifique, technique, professionnel, sportif, culturel et civique .

la responsabilité de ces missions incombe à plusieurs départements ministériels qui interviennent en synergie pour assurer une prise en charge complète des jeunes et les préparer à leur insertion socioprofessionnelle .

Une part importante de la mise en oeuvre de ces missions est assumée par le secteur de la formation et de l'enseignement professionnels, à travers les compétences et qualifications professionnelles qu'il assure aux jeunes pour leur permettre de s'insérer dans la vie économique et sociale .

Les pouvoirs publics ont engagé d'importants investissements et ont entrepris plusieurs actions en faveur de ces jeunes pour les faire bénéficier notamment d'un enseignement et d'une formation de qualité ainsi que des dispositifs d'aide à la création propre d'activité, d'emploi et d'aide à l'insertion professionnelle .

Malgré les améliorations enregistrées, les mesures mises en œuvre n'ont pas atteint les résultats escomptés et n'ont pas répondu totalement aux attentes et préoccupations des jeunes en raison notamment :

- Des difficultés d'accès à l'emploi ;

- Des difficultés en matière d'insertion sociale ;

- De l'inadaptation des dispositifs de promotions des différentes activités des jeunes ;

- De l’incohérence des programmes et dispositifs destines à la jeunesse  ;

- D'une information insuffisante sur les possibilités offertes par les pouvoirs publics ;

- Des mutations socio économiques induites par la mondialisation ;

- D'une faible coordination entre les différents secteurs .

Dans le contexte où le chômage touche particulièrement les jeunes, la politique de prise en charge des questions liées à la jeunesse doit être évaluée et corrigée pour mieux la cerner et répondre à leurs attentes et préoccupations .

Les principaux acteurs du développement et les différents secteurs intervenants se doivent de mettre en cohérence leur stratégie et leurs actions en direction des jeunes pour intensifier et diversifier les interventions dans les domaines notamment de la formation et de l'accès à l'emploi, en vue d'une formation d'une jeunesse imprégnée des valeurs nationales, ouverte sur le progrès et la modernité .

Perçue à juste titre comme l’une des réponses les plus probantes face à la problématique de la jeunesse, la formation professionnelle occupe une place privilégiée dans le développement économique et social du pays et constitue un élément déterminant pour la compétitivité des entreprises et pour la cohésion sociale .

Les divers et multiples chantiers de réforme et de modernisation qui ont été ouverts touchent à tous les domaines et à tous les niveaux d'activité du secteur de la formation et de renseignement professionnels et ont permis de réaliser une véritable mise à niveau du système dans son ensemble. Les actions menées dans ce cadre ont permis :

- D'augmenter les capacités physiques d'accueil en terme de postes pédagogiques et de places d'internat, en veillant à ce qu'elle soit reparties de manière rationnelle et équitable à travers tous le territoire national ;

- De développer les modes et formules alternatifs de formation, de sorte à permettre au plus grand nombre de citoyens d'accéder à la formation ;

- De diversifier l'offre de formation, en privilégiant les formations liées aux métiers à fort potentiel d’emploi, notamment celles liées aux grands chantiers de développement lancé par l’Etat et aux métiers de la nouvelle économie fondée sur le savoir .

Ainsi, la formation a été rendue accessible à toutes les catégories de la population, notamment :

- Les jeunes ayant quitté l’école prématurément ;

- Les jeunes n'ayant jamais été scolarisés ;

- Les personnes handicapées physiques ;

- Les jeunes en danger moral ;

- Les populations en milieu carcéral ;

- Les jeunes filles rurales et les femmes au foyer .

Les jeunes sont pris en charge selon divers modes et types de formation ainsi que dans le cadre de la mise en place d'un nouveau cursus d'enseignement professionnel destiné aux jeunes admis au post obligatoire, orientés selon leurs vœux ou réorientés .

Des dispositifs destinés aux différentes catégories de la population ont été mis en place. Il s'agit :

- De la préformation qui s'adresse aux jeunes n'ayant pas le niveau scolaire requis pour accéder directement à une formation ;

- Du dispositif « Alphabétisation/Qualification » qui s'adresse aux jeunes non scolarisés, mis en œuvre en collaboration avec le secteur de l'éducation nationale (Office nationale chargé de l'alphabétisation) ;

- Des formations qualifiantes à la demande ;

- Des formations qualifiantes d’une durée égale ou inférieure à six mois ;

- Des formations « passerelles » qui permettent aux jeunes d'accéder à des formations de niveau immédiatement supérieur dans une même spécialité .

La formation se déroule dans diverses spécialités prévues par la nomenclature nationale des spécialités de la formation professionnelle actualisée en 2007 et qui comprend plus de 300 spécialités repartis sur 20 branches professionnelles .

Le programme du Gouvernement a prévu parmi ses priorités, la formation de la ressource humaine à l'effet d'adapter la main d'œuvre aux exigences induites par le marché du travail et l'intégration de notre économie dans le processus de mondialisation .

Dans ce cadre, le Conseil de partenariat de la formation et de renseignement professionnels, organe national consultatif de concertation, de coordination et d'évaluation en matière de formation et d'enseignement professionnels prévu par la loi d'orientation sur la formation et l'enseignement professionnels a fait l’objet du décret exécutif n°09.170 du 02 mai 2009 fixant sa composition, ses attributions et les modalités de son organisation et de son fonctionnement .

Il a été installé le 23 janvier 2011. Cet organe participe par des recommandations et des avis à l'élaboration et à la définition de la politique nationale de la formation el de renseignement professionnels ainsi que la définition des besoins en compétences et qualifications nécessaires .

Des commissions de wilaya de partenariat seront également mises en place durant le premier semestre 2011. Elles ont fait l'objet d'un arrêté interministériel MFFP/MICL du 30 janvier 2011 .

Le secteur à en outre mis en place une commission chargée d'introduire la démarche « qualité » en vue de l'amélioration de la qualité de la formation dispensée .

Par ailleurs, la première et la deuxième conférence nationale organisées par le secteur respectivement durant le mois de février 2008 et le mois d'avril 2009, ont permis de consolider et d'améliorer les conditions de prise en charge des stagiaires, élèves et apprentis à travers :

- Le renouvellement et la modernisation des équipements technico Pédagogiques ;

- L’amélioration des conditions de vie et de travail au niveau des établissements de formation et d'enseignement professionnels ;

- La mise en place d'activités culturelles et sportives ;

- Le développement de campagnes d'informations et de sensibilisation des jeunes et de leurs parents ;

- La mise en place de cellules de conseil chargées  :

   • D'aider les jeunes à choisir leur spécialité dans le cadre de la réalisation de leur projet professionnel ;

   • D'aider les stagiaires désireux de créer leur propre activité ;

   • D'accompagner les stagiaires, élèves et apprentis tout au long de leur formation  .

- La prise en charge des stages pratiques en milieu professionnel en application de l'instruction de Monsieur le Premier Ministre n° 02 du 07 juillet 2009 adressée à tous les secteurs en vue d'exprimer leurs besoins en formation et d'accueillir les stagiaires de la formation professionnelle pour leurs stages pratiques ;

- L'établissement de partenariat avec les différents départements ministériels et le mouvement associatif pour faciliter l’insertion des sortants de la formation professionnelle ;

En outre et en application des orientations et directives données par son Excellence Monsieur le Président de La République à l'ouverture des travaux de la deuxième conférence nationale organisée à Sidi Bel Abbés du 04 au 06 mars 2009, les mesures suivantes ont été mise en œuvre au profil des stagiaires et des élèves de la formation et de l’enseignement professionnels, avec effet à compter de la rentrée de septembre 2009 .

- Relèvement de la bourse d'équipement de 300 DA à 2000 DA ;

- Relèvement de 50% du montant de la bourse mensuelle des stagiaires techniciens supérieurs (niveau 5) ;

- Institution d'une bourse mensuelle de 500 DA au. profit des stagiaires et des élèves poursuivant une formation dans les niveaux 1 à 4 .

Il est à signaler que les jeunes poursuivant une formation par apprentissage bénéficient d'un présalaire mensuel de 15% du SNMG pris en charge par l'Etat lors du premier semestre de formation. Au-delà, ce présalaire est pris en charge par l'employeur à raison de 30, 50, 60 et 80% du SNMG entre le deuxième et le sixième semestre de formation .

Toutes ces actions doivent être consolidées et développées pour améliorer davantage les conditions de prise en charge de la formation et permettre aux jeunes d'acquérir les compétences de savoirs être et les qualifications nécessaires à leur intégration facile dans la société et dans le marché de l’emploi .

I - Objectifs de la conférence :

La 3ème conférence nationale des jeunes stagiaires de la Formation et de l'Enseignement Professionnels intervient après celle organisée durant le mois de mars 2009 à Sidi Bel Abbés sous le Haut Patronage de son Excellence, le Président de la République. Elle se veut une rencontre :

- D'évaluation de l'action menée en direction de cette importante frange de la population sur la base des attentes exprimées lors de la dernière conférence nationale ;

- De poursuite de l'examen des différentes questions qui la préoccupe ;

- De prolongement de la réflexion sur les problématiques de cohérence et d'adaptation entre les missions des différents secteurs et les besoins des populations ciblées constituées par les stagiaires, les élèves, les apprentis, les jeunes en situation de handicap, les jeunes filles et les femmes au foyer, en milieu rural et en milieu urbain, les jeunes en danger moral et la population en milieu carcéral .

Cette conférence qui constitue un espace de propositions a donc pour objectifs :

- De faire un point de situation sur l’état de mise en œuvre des recommandations de la 2ème conférence nationale organisée du 04 au 06 mars 2009, à Sidi Bel Abbés ;

- D'améliorer les conditions d'accès à la formation et d'adapter les différents dispositifs mis en place en direction des jeunes ;

- D'améliorer la qualité de la formation dispensée dans tous les modes de formation ;

- De poursuive et d'approfondir la concertation avec les acteurs concernes en matière d'activités complémentaires à la pédagogie, de lutte contre les fléaux sociaux, d'accompagnement et de prise en charge des stagiaires. élèves et apprentis et d'aide à l'insertion professionnelle ;

- D'impliquer les jeunes dans la mise en place des stratégies visant à assurer leur qualification, leur insertion professionnelle pour une intégration économique et sociale ;

- D'élaborer un plan d'action à mettre en œuvre à court, moyen et long terme .

Dans ce cadre il s'agira de mettre en place une stratégie permettant :

- Un travail intersectoriel en réseau et en partenariat, dans la complémentarité et l'implication des jeunes à travers des associations et autres organisations officielles qui les représentent ;

- Un travail dans la continuité et l'anticipation par l’innovation, la créativité et la recherche de solutions appropriées aux problématiques spécifiques à la jeunesse .

Les travaux préparatoires de cette conférence ont été menés par une commission intersectorielle installée par Monsieur le Ministre de la Formation et de renseignement Professionnels .

Cette conférence nationale sera précédée de rencontres organisées au niveau local et régional auxquelles participeront les stagiaires, élevés et apprentis, les formateurs, les autres catégories de personnels et les représentants du partenaire social, en vue de recueillir leurs observations, remarques, avis et suggestions sur les différents thèmes proposés .

DISI 2011© All Rights Reserved